AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Bienvenue sur Shadowhunters Legacy On est pas sorti de l'auberge | Raph&Jo. 1421522021
Votez pour nous On est pas sorti de l'auberge | Raph&Jo. 1421522021
SHL a besoin de vous pour grandir encore, alors n'hésitez pas à voter régulièrement pour les top-sites ICI
qu'on attire encore plus de membres On est pas sorti de l'auberge | Raph&Jo. 1421522021
Choix des groupes On est pas sorti de l'auberge | Raph&Jo. 2322741306
Le groupe Enfants de Raziel est actuellement en surnombre, pensez à privilégier les autres On est pas sorti de l'auberge | Raph&Jo. 1421522021

Partagez
 

 On est pas sorti de l'auberge | Raph&Jo.

Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
❝ Invité ❞
Invité

On est pas sorti de l'auberge | Raph&Jo. Empty
MessageSujet: On est pas sorti de l'auberge | Raph&Jo. On est pas sorti de l'auberge | Raph&Jo. EmptyMar 11 Juin - 13:18


On est pas sorti de l'auberge!
Raphaël & Joleen

Nous avons tous notre démon particulier qui nous chevauche et nous tourmente et il faut bien finir par le combattre.
Daphne Du Maurier
Artiste, écrivaine, Romancière (1907 - 1989).

On t'a souvent dis que ton ignorance pourrait te perdre, un jour. Magnus, te l'a souvent fait remarqué. Il se plaignait sans cesse de la promesse faites à ta défunte mère. T'apprendre la magie, OK. En savoir plus sur ton monde et ses secrets, hors de question. Le sorcier trouvait ça autant stupide que toi. A vrai dire, tu te sentais complètement abandonné depuis le décès de celle ci. Tu n'avais ni ami, ni confident, ni connaissance qui serait capable de t'aider à supporter cette époque douloureuse. Ton monde est petit, malgré toi. Ta connaissance des créatures obscures se limitent aux enfants de Lilith, aussi étrange que cela puisse paraitre. Il était donc, plus qu'inconcevable pour toi, que d'autres êtres dans ton genre existe. Même si tu devais t'en douter. Tu imaginais alors des elfes, ou bien des gnomes. Ton imagination fertile, engendré par les histoires de ton enfance, ne se cantonnait pas à la réalité de monde obscur. Tu te sentais parfois idiote de ne rien savoir. Et tu avais bon nombres de fois supplier Magnus de t'en dire plus. Mais lui et ses promesses.. c'était mission impossible. Mission qui t'ais devenu complètement obsolète depuis la mort de ta mère. Capturé par Valentin pour connaitre ta prétendue existence, elle finit torturé puis tué. Encore une fois, Magnus était resté très vague. Qui était ce Valentin ? Pas de réponse. Pourquoi avait - il organisé cette horreur ? Pas de réponse. Étais - tu la prochaine sur la liste ? Oui, très probablement. De ce fait, il t'avait convié à vivre à ses cotés. Idée qui ne t'avait pas réellement enchanté dès le départ. Pour dire vrai, tu lui en voulais à moitier de te cacher tant de choses malgré le destin funeste de ta maman. Pour toi, il était plus que temps de lever le voile sur le monde obscur. Et tu étais si tétue que tu avais refusé sa proposition, préférant rester vivre dans le minuscule appartement familial. Chose qui ne fut possible que quelques semaines. Bien sur, tu poursuivais tes cours à l'université mais il s'avérait que le propriétaire de l'appartement ne désirait pas poursuivre le locatif avec toi. Allez savoir pourquoi!
Aussi, tu t'es donc retrouvé à la rue. Ton petit sac à main se balançant à ton épaule, tu voguais à travers les rues de plus en plus sombre de Manhattan. Tu n'avais pas envie de retourner auprès de ton protecteur, non, pas encore. Sans doute plus tard. Mais à cet instant précis, tu avais envie de calme et de ne plus entendre ces cris joyeux d'enfants appelant maman à tu tête. Il ne fallait pas leur en vouloir. Dix sept heure, c'était la sortie des écoles. Tu t'étais arrêter plusieurs minutes à  quelques mètres d'une maternelle, observant les enfants courir rejoindre leurs parents respectifs sous le regard avisé de leur maitresse. Il n'y avait pas tableau plus crève coeur que celui ci. En effet, plusieurs années en arrière, c'était le bonheur que tu vivais chaques jours. Retrouver maman, l'embrasser à n'en plus finir et lui dire qu'elle t'a manqué. Lui raconter ta journée en lui mentant constamment. Oublier de lui avouer que certaines filles te maltraitent. Mais lui dire que tu as encore eux une bonne note. C'était ton quotidien, avant de découvrir d'où tu venais.

Soupire.
Il te fallait mettre de cotés ces souvenirs pour avancer. Faire ton deuil. Malheureusement, quitter le domicile familial t'assommait d'un violent coup sur le crane. Si tu avais pu pleurer, tu l'aurais fais. Cependant, aucune larme ne daignait s'échapper. Pas une. Aussi, tu avais abandonné l'idée. Petit à petit, tu arpentais les rues de New York, cherchant désespérément un endroit où loger. Un appartement que tu pourrais louer ? Ou bien un hotel qui accepterait encore des clients à cet heure ? Plus le temps passait et plus tu te sentais pressé. Effectivement, il était désormais presque vingt trois heures et tu ignorais complètement si quelque chose pouvait être encore ouvert à cet heure ci. Après de longues heures de recherches, tu finis par tomber sur l'hotel Dumort. Une drole de citation y était inscrite mais celle ci te fit rire un peu. Il te semblait voir à travers les multiples fenêtres obstrué par des rideaux, un semblant de lumière. Il devait forcemment y avait quelqu'un. Et au pire, tu n'avais plus grand chose à perdre au vue de l'heure qu'il était. Tu t'engageas donc à ouvrir le premier battant de porte. Un grincement résonna tandis que tu pénétrais dans le hall. La décoration était plus que somptueuse. Assez vintage mais pour le moins moderne. Le propriétaire avait très certainement voulu fondre les âges et les ères afin de lui donner un cachet unique en son genre. Admiratrice, tu t'approcha de quelques tableaux ornant les murs avant de venir t'accouder à un espèce de comptoir. Tu te laissa un instant avant d'appuyer sur la sonnette prévue à cet effet. Le son aigue retentit aussitôt mais rien ni personne n'approcha.
Nouveau soupire.
Abandonnant l'idée que le maitre de cet hotel puisse être encore présent, tu préféra retourner à la contemplation des œuvres accrocher aux murs. C'était si amusant de constater la présence d'un Von Gogh ou bien d'un Monet. Était - ce bien les vrais ? Ou seulement des copies si bien réalisé que ta passion pour l'art en restait bouche bée ? Tu n'osais pas même y poser les doigts, de peur que la peinture en relief s'écaille un peu plus. Tu t'écarta un peu et poursuivit ta visite. Les vitrines renfermaient multiples trésors plus beaux les uns que les autres. Des dagues du moyen - orient, ou bien des vases de l'égypte antique. Encore une fois, tu doutais de leurs authenticités mais peu importe, tu n'étais pas là pour ça. Finalement, tu tomba sur un miroir si bien ornée que l'on aurait dis qu'il fut façonné dans l'or. C'était incroyablement subtile et ton reflet était si intense que tu peinais à le croire réel. Malgré tout, tu en profita pour recoiffé ton sert tête noir et rebondir tes boucles avant de passer un coup sur ta jupe à carreau que tu n'espérais pas froisser. Tu rajusta ton col roulé noir et haussa les épaules, te disant que ça irait bien pour cette fois. Brusquement, tu entendis un bruit. Un bruissement plutot. Comme si l'air avait bougé beaucoup trop vite. Ridicule n'est ce pas ? Tu te retourna et observa le comptoir. Toujours personne. Apeuré et sur tes gardes, tu fis quelques pas afin de te rassurer. " - Hého, il y a quelqu'un? "


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
 
On est pas sorti de l'auberge | Raph&Jo.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadowhunters Legacy :: Coin hors jeux :: Les archives de l'enclave :: Rp's-
Sauter vers: